Jeunesse, sport et Basket-ball en cité minière, sous l’occupation.

Les photographies qui vont suivre ont été numérisées à partir de l’album souvenir de M. Michel Wallart, ancien instituteur s’étant passionné à l’aube de sa retraite, prise en 1988, pour la documentation, au collège Albert Camus de Bruay-la-Buissière. Durant cette même période, son épouse Fernande goûta aux joies de la généalogie, et ensemble ils menèrent de nombreuses enquêtes sur l’histoire de la région (à une époque où Internet n’existait pas soulignera-t-on) et furent ainsi d’actifs membres du club d’histoire de la ville : le BRUACUM.

Oui

Cette passion pour le documentalisme est peut être intimement liée à celle du père de Michel pour la photographie, qu’il commença à pratiquer en amateur vers 1925. C’était un mineur ayant fièrement grimpé les échelons jusqu’au rang de cadre supérieur des mines. Nombreux furent les dimanches où il tirait les rideaux afin de développer ses clichés sur plaques de verre.

En parcourant cet album souvenir, ce qui me frappa fut l’importante présence de la Seconde guerre mondiale, très largement documentée entre articles de journaux et tickets de rationnement. Une sorte de terrible no man’s land, aux frontières entre souvenirs d’enfance, puis vie adolescente et adulte. On y découvre en 1945 une jeunesse les yeux rivés vers le futur, cherchant tout simplement l’émancipation, et notamment par le sport.

oui

Le sport, une popularité croissante au XXe siècle

Il faut bien avoir à l’idée que l’importance du sport, tant au niveau amateur que professionnel, est un concept encore récent dans la première moitié du XXe siècle. Le premier grand bouleversement, que l’on nomme désormais sportivication1 – une véritable révolution culturelle et sociale qui remplace une multiplicité de jeux traditionnels et locaux par un nombre limité de sports réglementés et organisés au niveau régional ou national, parfois capables de rassembler des dizaines de milliers de spectateurs autour de matches entre professionnels –, va avoir lieu vers la fin de la Grande Guerre, du débarquement des soldats américains en 1917 jusqu’aux Jeux interralliés de 1919, organisé par l’armée américaine et les YMCA (association sur laquelle nous reviendrons en détail plus tard) au sein du tout nouveau stade Pershing à Paris, considéré comme un cadeau des États-Unis à la France.

Ce sera l’occasion pour les Américains d’exporter leur culture, l’American way of life, et de populariser, d’institutionnaliser des sports tels que le football, le baseball, le basketball, le rugby ou encore la natation. Mais pourtant, la France forte et fière de sa culture, ne va pas se laisser séduire aussi facilement par ses Alliés comme on peut le remarquer dans les débats parlementaires sur les crédits pour les Jeux Olympiques de Paris, le 23 février 1922 :

Le député P. Gay : L’Amérique et l’Angleterre donnent une importance exagérée aux sports. Au point de vue intellectuel, ils sont inférieurs.

L’Abbé Lemire : Je ne veux pas que l’on ait l’air de suivre un mouvement anglo-saxon. Les Américains avec leurs bâtons et leurs costumes de demi-sauvages ont chez nous froissé tout le pays. Nous aimons mieux notre habit traditionnel et nos jeux français2.

La deuxième grande révolution du sport sera celle de son entrée dans l’ère de masse grâce notamment à la télévision : les Jeux Olympiques de Berlin de 1936 seront les premiers à être filmés puis retransmis à la télévision allemande, dans le cadre de la propagande nazie. Une ellipse belliqueuse plus tard, ce sera l’arrivée du Tour de France cycliste de 1948 qui sera retransmise en direct, une première pour un évènement en plein air.

blabla

Guerre et religion : des vecteurs de diffusion

Lors d’une conférence d’ouverture sur Vichy et le sport, l’historien américain Robert Paxton, spécialisé dans la Seconde Guerre mondiale, nous livre une anecdote plutôt intéressante :

« Tous les États ont encouragé le sport au vingtième siècle, même ceux où la structure étatique est la moins développée, comme la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, et surtout après des défaites militaires. La gymnastique est arrivée à l’école de ma petite ville natale quelques jours après la destruction de la flotte américaine à Pearl Harbor en décembre 1941. (…) Le régime de Vichy n’est donc aucunement original en attribuant au sport la capacité de former des soldats courageux et de régénérer une nation décadente. C’est une conviction largement partagée en 1940, tant par les pays démocratiques que par les pays autoritaires. »3

Revenons sur ces Jeux interalliés de 1919, et plus précisément sur leurs organisateurs. D’un côté nous avons l’armée américaine, de l’autre les YMCA ou Young Men’s Christian Association4. Cest dailleurs chez ces derniers que le basketball a été inventé. Deux manières d’exporter l’idéologie de l’american way of life si l’on caricature, la directe et la douce. Rappelons-nous bien le contexte : les États-Unis viennent tout juste de renverser l’hégémonie anglaise.

La France semble quelque peu réticente à ces influences culturelles, mais n’en est pas complètement imperméable étant donné l’intime relation qu’elle entretient avec ses Alliés . Cette ambivalence est très importante à prendre en compte… Philippe Roger nous rappellera par exemple qu’ « antiaméricanisme » est le seul substantif en « anti » formé en français sur un nom de pays, et qu’il désigne plus généralement un état d’esprit qu’un territoire ou un peuple5.

Mais si j’en suis venu à enquêter sur l’arrivée et le développement de l’american way of life en France, c’est tout d’abord parce que je suis tombé sur cette photographie :

oui

Le basketball en France, une entrée progressive

« Professionnellement, ce n’est qu’après la Seconde guerre mondiale que le basket-ball se structure véritablement, touchant d’abord les publics des petites villes de Syracuse et de Fort Wayne. En 1946, la création de la NBA permet d’organiser des rencontres avec les meilleures équipes professionnelles des États-Unis. »6

Michel a commencé le basketball lorsqu’il était en 4ème, notamment parce que son professeur de gymnastique le pratiquait. Il est intéressant de remarquer que la Fédération Française d’Athlétisme (FFA) devient en 1929 la Fédération Française d’Athlétisme et de Basket-Ball (FFABB) avant de se scinder en donnant naissance à la Fédération Française de Basket-Ball (FFB) en 1932. Notons également que la première véritable édition du championnat de France de Basket-Ball est remporté par l’ICAM Lille en 1922, ce qui indique la place de ce sport dans le Nord.

Il s’agit donc d’un nouveau sport, encore secondaire durant l’entre-deux-guerres, qui va très vite gagner en popularité du fait de plusieurs vecteurs.

1 – Un outil pour former la jeunesse

En premier lieu, le basketball a très vite été perçu comme un moyen de captiver, et donc de contrôler la jeunesse en la guidant si possible vers la religion catholique7. Il s’est pourtant bien vite institutionnalisé aux Etats-Unis, et ses dérives vont être condamnées aux yeux des dirigeants de la YMCA. C’est donc un basket-ball répondant aux besoins spécifiques de la YMCA qui est exporté en France, un sport pouvant former spirituellement la jeunesse par son cadre et son état d’esprit.

Pourtant, « Les Français ne sont pas persuadés de l’apport des pratiques physiques sur le développement spirituel. L’idée de faire incorporer des valeurs spirituelles chez les jeunes gens par le biais des exercices physiques ne les convainc pas. Les pratiques physiques sont développées dans un but d’attractivité. »8.

Le succès d’estime remporté par la YMCA pour ce sport va donc faire des émules et intéresser deux autres mouvements de jeunesse en France : il s’agit de la FGSPF (Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France) et de la FFA citée précédemment. C’est au sein de cette dernière que le basketball va commencer à se structurer, et ce dès 1920, puis ce sera le secrétaire général de la FGSPF, Armand Thibaudeau, qui s’investira dans le développement de ce sport.

L’idée principale qui s’en dégage, c’est que le sport a toujours été plus ou moins synonyme de corruption et de décadence chez l’humain, ce pourquoi les différentes organisations religieuses vont miser sur l’encadrement de ce nouveau sport qu’est le basket, dans l’espoir qu’à l’international, il ne termine pas avili comme son aîné le football…

2 – Un sport unique à portée de tous

« (…) le basket-ball est, avant la Première Guerre mondiale, étiqueté « jeu d’intérieur » sur le modèle américain. Or la France dispose de très peu de salles destinées à l’exercice physique. C’est un des obstacles [à son développement] qu’évoque Paul Field en 1898. »9

Et pourtant ce sport allait se développer partout en France, et surtout à la campagne… Ainsi Fernande me rappella-t-elle qu’il s’agissait avant tout d’un sport accessible au plus grand nombre : il suffisait d’un ballon, d’un panneau et d’un terrain voire d’un simple coin de bitume, d’une rue…

Michel se remémora qu’il existait à Bruay une ancienne salle des mines réaménagée pour la musique (l’harmonie des mines) ainsi que pour le sport : les polonais de l’entre-deux-guerres y pratiquaient le basket, sous l’égide de l’Eglise catholique polonaise, sans doute y avait-il un lien avec les Houillières…10

La propagation du basketball dans un milieu rural comme le Bassin Minier peut être corroboré par l’exemple du département des Landes :

Par le nombre de licenciés de basket-ball, les Landes sont au premier rang de la pratique en Aquitaine, devançant les départements plus peuplés de la Gironde et des Pyrénées-Atlantiques, et même au huitième rang en France, ce qui est surprenant au regard de sa population. Les clubs de basket sont plus nombreux que ceux du football et du rugby réunis11.

3 – Une appropriation à la française

A l’instar du Korfball hollandais, lui-même inspiré du Ringboll suédois, ou encore du jeu de balle mésoaméricain, l’un des plus fameux ancêtres du basketball, la France se devait de s’approprier ce nouveau sport ne ressemblant à aucun autre, et cela par la constitution du terme de « balle au panier » au tout début du siècle.

En adéquation avec cette position de force et d’avance que commence à prendre les Etats-Unis, la France est fissurée entre crainte et admiration, et va donc s’employer à défendre et propager une conception française du basketball…

Cette appropriation culturelle est d’ailleurs, dans une certaine mesure, comparable au processus de contre-américanisation analysé par Ludovic Tournès avec l’exemple du jazz afro-américain et de la variété12.

« Comme dans le cas d’autres sports collectifs, ce ne sont pas les compatriotes de leur pays d’origine qui sont les plus actifs dans l’institutionnalisation internationale. Au contraire même, leur statut d’inventeur semble leur conférer une certaine capacité de distanciation, un moindre besoin de la mise en place d’une organisation internationale. Dans le cas des Etats-Unis, leur manière de concevoir le basket-ball est mieux défendue par l’Italie et la Suisse, soutenu par un Britannique (R.W.Jones) que par quelque action américaine que ce soit. »13

C’était le tir à trois points, straight from downtown !

27 avril 1944 : Match de gala de football opposant l’équipe de Bruay à celle de Lens. Le match sera interrompu une trentaine de minutes à cause de détonations : les Allemands viennent de bombarder la gare de Béthune.

lol

Rares étaient les photographies durant l’occupation, tout simplement parce qu’elles étaient interdites. Il m’a semblé judicieux de vous montrer celle-ci pour tout ce qu’elle symbolise : la prise de risque, l’adrénaline, une libération imminente…

Ce qui aura énormément marqué Michel chez M. Corby, ce furent ses doigts obscurcis par le bain de développement, il n’en avait jamais vu d’aussi noirs.

oui

Julien DUBOIS, GEFIA 2014-2015.


1 Le sport et les français pendant l’occupation, 1940-1944 (Tome 1), textes réunis par Pierre Arnaud, Thierry Terret, Jean-Philippe Saint-Martin, Pierre Gros & Espaces et Temps du Sport. L’Harmattan, 2002.

2 Cité par Jacques Thibault, p.107, dans “1919-1929, La conjoncture des années d’après guerre”, in EP et Sport en France, 1920-1980, AFRAPS, 1989.

3 Le sport et les français pendant l’occupation, 1940-1944 (Tome 1), p.21-22 ; textes réunis par Pierre Arnaud, Thierry Terret, Jean-Philippe Saint-Martin, Pierre Gros & Espaces et Temps du Sport. L’Harmattan, 2002

4 “Aux Etats-Unis, le modèle YMCA conçoit le développement humain comme un épanouissement concomitant de l’âme, du corps et de l’esprit. A Springfield, la philosophie de l’école préconise même que le développement physique constitue un des moyens, sinon le meilleur, d’atteindre Jésus-Christ.” (p.362) La genèse du basket français : conditions de possibilités de la diffusion du basketball des Etatsunis vers la France : balles perdues, interceptions et passes décisives des protestants américains aux catholiques français (1893-1933) par Sabine Chavinier sous la direction de Daniel DenisParis 11

5 Roger Philippe. L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français. Seuil, 2002

6 Racial stacking et stéreotypes raciaux en sport collectif : le cas particulier du basket-ball en contexte français par Rodolphe Perchot sous la direction de Marie-Françoise Lacassagne et Philippe Castel – Université de Bourgogne

7 – 8 – 9 (p.195, 187 et 196) La genèse du basket français : conditions de possibilités de la diffusion du basketball des Etatsunis vers la France : balles perdues, interceptions et passes décisives des protestants américains aux catholiques français (1893-1933) par Sabine Chavinier sous la direction de Daniel DenisParis 11

10 http://fresques.ina.fr/memoires-de-mines/fiche-media/Mineur00136/les-houilleres-et-l-eglise.html

11 J.P. Augustin – Les espaces des sports collectifs : l’exemple du département des Landes, Mappe-monde 89/2 p. 29-31.

12 Tournès Ludovic. La réinterprétation du jazz : un phénomène de contre-américanisation dans la France d’après-guerre (1945-1960). Revue française d’études américaines, éditions Belin, décembre 2001.

13 (p.359) La genèse du basket français : conditions de possibilités de la diffusion du basketball des Etatsunis vers la France : balles perdues, interceptions et passes décisives des protestants américains aux catholiques français (1893-1933) par Sabine Chavinier sous la direction de Daniel DenisParis 11