Jeunesse, sport et Basket-ball en cité minière, sous l’occupation.

Les photographies qui vont suivre ont été numérisées à partir de l’album souvenir de M. Michel Wallart, ancien instituteur s’étant passionné à l’aube de sa retraite, prise en 1988, pour la documentation, au collège Albert Camus de Bruay-la-Buissière. Durant cette même période, son épouse Fernande goûta aux joies de la généalogie, et ensemble ils menèrent de nombreuses enquêtes sur l’histoire de la région (à une époque où Internet n’existait pas soulignera-t-on) et furent ainsi d’actifs membres du club d’histoire de la ville : le BRUACUM.

Oui

Cette passion pour le documentalisme est peut être intimement liée à celle du père de Michel pour la photographie, qu’il commença à pratiquer en amateur vers 1925. C’était un mineur ayant fièrement grimpé les échelons jusqu’au rang de cadre supérieur des mines. Nombreux furent les dimanches où il tirait les rideaux afin de développer ses clichés sur plaques de verre.

En parcourant cet album souvenir, ce qui me frappa fut l’importante présence de la Seconde guerre mondiale, très largement documentée entre articles de journaux et tickets de rationnement. Une sorte de terrible no man’s land, aux frontières entre souvenirs d’enfance, puis vie adolescente et adulte. On y découvre en 1945 une jeunesse les yeux rivés vers le futur, cherchant tout simplement l’émancipation, et notamment par le sport.

oui

Le sport, une popularité croissante au XXe siècle

Il faut bien avoir à l’idée que l’importance du sport, tant au niveau amateur que professionnel, est un concept encore récent dans la première moitié du XXe siècle. Le premier grand bouleversement, que l’on nomme désormais sportivication1 – une véritable révolution culturelle et sociale qui remplace une multiplicité de jeux traditionnels et locaux par un nombre limité de sports réglementés et organisés au niveau régional ou national, parfois capables de rassembler des dizaines de milliers de spectateurs autour de matches entre professionnels –, va avoir lieu vers la fin de la Grande Guerre, du débarquement des soldats américains en 1917 jusqu’aux Jeux interralliés de 1919, organisé par l’armée américaine et les YMCA (association sur laquelle nous reviendrons en détail plus tard) au sein du tout nouveau stade Pershing à Paris, considéré comme un cadeau des États-Unis à la France.

Ce sera l’occasion pour les Américains d’exporter leur culture, l’American way of life, et de populariser, d’institutionnaliser des sports tels que le football, le baseball, le basketball, le rugby ou encore la natation. Mais pourtant, la France forte et fière de sa culture, ne va pas se laisser séduire aussi facilement par ses Alliés comme on peut le remarquer dans les débats parlementaires sur les crédits pour les Jeux Olympiques de Paris, le 23 février 1922 :

Le député P. Gay : L’Amérique et l’Angleterre donnent une importance exagérée aux sports. Au point de vue intellectuel, ils sont inférieurs.

L’Abbé Lemire : Je ne veux pas que l’on ait l’air de suivre un mouvement anglo-saxon. Les Américains avec leurs bâtons et leurs costumes de demi-sauvages ont chez nous froissé tout le pays. Nous aimons mieux notre habit traditionnel et nos jeux français2.

La deuxième grande révolution du sport sera celle de son entrée dans l’ère de masse grâce notamment à la télévision : les Jeux Olympiques de Berlin de 1936 seront les premiers à être filmés puis retransmis à la télévision allemande, dans le cadre de la propagande nazie. Une ellipse belliqueuse plus tard, ce sera l’arrivée du Tour de France cycliste de 1948 qui sera retransmise en direct, une première pour un évènement en plein air.

blabla

Guerre et religion : des vecteurs de diffusion

Lors d’une conférence d’ouverture sur Vichy et le sport, l’historien américain Robert Paxton, spécialisé dans la Seconde Guerre mondiale, nous livre une anecdote plutôt intéressante :

« Tous les États ont encouragé le sport au vingtième siècle, même ceux où la structure étatique est la moins développée, comme la Grande-Bretagne et les Etats-Unis, et surtout après des défaites militaires. La gymnastique est arrivée à l’école de ma petite ville natale quelques jours après la destruction de la flotte américaine à Pearl Harbor en décembre 1941. (…) Le régime de Vichy n’est donc aucunement original en attribuant au sport la capacité de former des soldats courageux et de régénérer une nation décadente. C’est une conviction largement partagée en 1940, tant par les pays démocratiques que par les pays autoritaires. »3

Revenons sur ces Jeux interalliés de 1919, et plus précisément sur leurs organisateurs. D’un côté nous avons l’armée américaine, de l’autre les YMCA ou Young Men’s Christian Association4. Cest dailleurs chez ces derniers que le basketball a été inventé. Deux manières d’exporter l’idéologie de l’american way of life si l’on caricature, la directe et la douce. Rappelons-nous bien le contexte : les États-Unis viennent tout juste de renverser l’hégémonie anglaise.

La France semble quelque peu réticente à ces influences culturelles, mais n’en est pas complètement imperméable étant donné l’intime relation qu’elle entretient avec ses Alliés . Cette ambivalence est très importante à prendre en compte… Philippe Roger nous rappellera par exemple qu’ « antiaméricanisme » est le seul substantif en « anti » formé en français sur un nom de pays, et qu’il désigne plus généralement un état d’esprit qu’un territoire ou un peuple5.

Mais si j’en suis venu à enquêter sur l’arrivée et le développement de l’american way of life en France, c’est tout d’abord parce que je suis tombé sur cette photographie :

oui

Le basketball en France, une entrée progressive

« Professionnellement, ce n’est qu’après la Seconde guerre mondiale que le basket-ball se structure véritablement, touchant d’abord les publics des petites villes de Syracuse et de Fort Wayne. En 1946, la création de la NBA permet d’organiser des rencontres avec les meilleures équipes professionnelles des États-Unis. »6

Michel a commencé le basketball lorsqu’il était en 4ème, notamment parce que son professeur de gymnastique le pratiquait. Il est intéressant de remarquer que la Fédération Française d’Athlétisme (FFA) devient en 1929 la Fédération Française d’Athlétisme et de Basket-Ball (FFABB) avant de se scinder en donnant naissance à la Fédération Française de Basket-Ball (FFB) en 1932. Notons également que la première véritable édition du championnat de France de Basket-Ball est remporté par l’ICAM Lille en 1922, ce qui indique la place de ce sport dans le Nord.

Il s’agit donc d’un nouveau sport, encore secondaire durant l’entre-deux-guerres, qui va très vite gagner en popularité du fait de plusieurs vecteurs.

1 – Un outil pour former la jeunesse

En premier lieu, le basketball a très vite été perçu comme un moyen de captiver, et donc de contrôler la jeunesse en la guidant si possible vers la religion catholique7. Il s’est pourtant bien vite institutionnalisé aux Etats-Unis, et ses dérives vont être condamnées aux yeux des dirigeants de la YMCA. C’est donc un basket-ball répondant aux besoins spécifiques de la YMCA qui est exporté en France, un sport pouvant former spirituellement la jeunesse par son cadre et son état d’esprit.

Pourtant, « Les Français ne sont pas persuadés de l’apport des pratiques physiques sur le développement spirituel. L’idée de faire incorporer des valeurs spirituelles chez les jeunes gens par le biais des exercices physiques ne les convainc pas. Les pratiques physiques sont développées dans un but d’attractivité. »8.

Le succès d’estime remporté par la YMCA pour ce sport va donc faire des émules et intéresser deux autres mouvements de jeunesse en France : il s’agit de la FGSPF (Fédération Gymnastique et Sportive des Patronages de France) et de la FFA citée précédemment. C’est au sein de cette dernière que le basketball va commencer à se structurer, et ce dès 1920, puis ce sera le secrétaire général de la FGSPF, Armand Thibaudeau, qui s’investira dans le développement de ce sport.

L’idée principale qui s’en dégage, c’est que le sport a toujours été plus ou moins synonyme de corruption et de décadence chez l’humain, ce pourquoi les différentes organisations religieuses vont miser sur l’encadrement de ce nouveau sport qu’est le basket, dans l’espoir qu’à l’international, il ne termine pas avili comme son aîné le football…

2 – Un sport unique à portée de tous

« (…) le basket-ball est, avant la Première Guerre mondiale, étiqueté « jeu d’intérieur » sur le modèle américain. Or la France dispose de très peu de salles destinées à l’exercice physique. C’est un des obstacles [à son développement] qu’évoque Paul Field en 1898. »9

Et pourtant ce sport allait se développer partout en France, et surtout à la campagne… Ainsi Fernande me rappella-t-elle qu’il s’agissait avant tout d’un sport accessible au plus grand nombre : il suffisait d’un ballon, d’un panneau et d’un terrain voire d’un simple coin de bitume, d’une rue…

Michel se remémora qu’il existait à Bruay une ancienne salle des mines réaménagée pour la musique (l’harmonie des mines) ainsi que pour le sport : les polonais de l’entre-deux-guerres y pratiquaient le basket, sous l’égide de l’Eglise catholique polonaise, sans doute y avait-il un lien avec les Houillières…10

La propagation du basketball dans un milieu rural comme le Bassin Minier peut être corroboré par l’exemple du département des Landes :

Par le nombre de licenciés de basket-ball, les Landes sont au premier rang de la pratique en Aquitaine, devançant les départements plus peuplés de la Gironde et des Pyrénées-Atlantiques, et même au huitième rang en France, ce qui est surprenant au regard de sa population. Les clubs de basket sont plus nombreux que ceux du football et du rugby réunis11.

3 – Une appropriation à la française

A l’instar du Korfball hollandais, lui-même inspiré du Ringboll suédois, ou encore du jeu de balle mésoaméricain, l’un des plus fameux ancêtres du basketball, la France se devait de s’approprier ce nouveau sport ne ressemblant à aucun autre, et cela par la constitution du terme de « balle au panier » au tout début du siècle.

En adéquation avec cette position de force et d’avance que commence à prendre les Etats-Unis, la France est fissurée entre crainte et admiration, et va donc s’employer à défendre et propager une conception française du basketball…

Cette appropriation culturelle est d’ailleurs, dans une certaine mesure, comparable au processus de contre-américanisation analysé par Ludovic Tournès avec l’exemple du jazz afro-américain et de la variété12.

« Comme dans le cas d’autres sports collectifs, ce ne sont pas les compatriotes de leur pays d’origine qui sont les plus actifs dans l’institutionnalisation internationale. Au contraire même, leur statut d’inventeur semble leur conférer une certaine capacité de distanciation, un moindre besoin de la mise en place d’une organisation internationale. Dans le cas des Etats-Unis, leur manière de concevoir le basket-ball est mieux défendue par l’Italie et la Suisse, soutenu par un Britannique (R.W.Jones) que par quelque action américaine que ce soit. »13

C’était le tir à trois points, straight from downtown !

27 avril 1944 : Match de gala de football opposant l’équipe de Bruay à celle de Lens. Le match sera interrompu une trentaine de minutes à cause de détonations : les Allemands viennent de bombarder la gare de Béthune.

lol

Rares étaient les photographies durant l’occupation, tout simplement parce qu’elles étaient interdites. Il m’a semblé judicieux de vous montrer celle-ci pour tout ce qu’elle symbolise : la prise de risque, l’adrénaline, une libération imminente…

Ce qui aura énormément marqué Michel chez M. Corby, ce furent ses doigts obscurcis par le bain de développement, il n’en avait jamais vu d’aussi noirs.

oui

Julien DUBOIS, GEFIA 2014-2015.


1 Le sport et les français pendant l’occupation, 1940-1944 (Tome 1), textes réunis par Pierre Arnaud, Thierry Terret, Jean-Philippe Saint-Martin, Pierre Gros & Espaces et Temps du Sport. L’Harmattan, 2002.

2 Cité par Jacques Thibault, p.107, dans “1919-1929, La conjoncture des années d’après guerre”, in EP et Sport en France, 1920-1980, AFRAPS, 1989.

3 Le sport et les français pendant l’occupation, 1940-1944 (Tome 1), p.21-22 ; textes réunis par Pierre Arnaud, Thierry Terret, Jean-Philippe Saint-Martin, Pierre Gros & Espaces et Temps du Sport. L’Harmattan, 2002

4 “Aux Etats-Unis, le modèle YMCA conçoit le développement humain comme un épanouissement concomitant de l’âme, du corps et de l’esprit. A Springfield, la philosophie de l’école préconise même que le développement physique constitue un des moyens, sinon le meilleur, d’atteindre Jésus-Christ.” (p.362) La genèse du basket français : conditions de possibilités de la diffusion du basketball des Etatsunis vers la France : balles perdues, interceptions et passes décisives des protestants américains aux catholiques français (1893-1933) par Sabine Chavinier sous la direction de Daniel DenisParis 11

5 Roger Philippe. L’ennemi américain. Généalogie de l’antiaméricanisme français. Seuil, 2002

6 Racial stacking et stéreotypes raciaux en sport collectif : le cas particulier du basket-ball en contexte français par Rodolphe Perchot sous la direction de Marie-Françoise Lacassagne et Philippe Castel – Université de Bourgogne

7 – 8 – 9 (p.195, 187 et 196) La genèse du basket français : conditions de possibilités de la diffusion du basketball des Etatsunis vers la France : balles perdues, interceptions et passes décisives des protestants américains aux catholiques français (1893-1933) par Sabine Chavinier sous la direction de Daniel DenisParis 11

10 http://fresques.ina.fr/memoires-de-mines/fiche-media/Mineur00136/les-houilleres-et-l-eglise.html

11 J.P. Augustin – Les espaces des sports collectifs : l’exemple du département des Landes, Mappe-monde 89/2 p. 29-31.

12 Tournès Ludovic. La réinterprétation du jazz : un phénomène de contre-américanisation dans la France d’après-guerre (1945-1960). Revue française d’études américaines, éditions Belin, décembre 2001.

13 (p.359) La genèse du basket français : conditions de possibilités de la diffusion du basketball des Etatsunis vers la France : balles perdues, interceptions et passes décisives des protestants américains aux catholiques français (1893-1933) par Sabine Chavinier sous la direction de Daniel DenisParis 11

La photo de mariage dans le Nord au XXe siècle et son évolution

J’ai souhaité dans cet article dresser un panorama de photographies en rapport direct avec le mariage tel qu’il était célébré et mis en scène dans le Nord. Cela incluait les photos du couple (fiançailles et mariage stricto sensu) ainsi que la traditionnelle photo de groupe rassemblant l’ensemble de la famille. Je me suis attaché, pour rendre compte de l’évolution des coutumes et habitudes en termes de tenue vestimentaire et de prises de vue, à travers les décennies.

 

I “Le mariage avant le mariage” : la photo de fiançailles

  1. Mise en scène du couple

    1. Montrer un couple radieux et uni

De nos jours, la qualité relationnelle du couple est mise en avant, elle est même primordiale pour le photographe. La prise de vue est réalisé au domicile du couple ou dans le jardin, comme c’est le cas sur les clichés ci-dessous.

Fiancailles Papou et petite mamy 1922Carte remerciements Mimi Segard

Fiançailles de Noémie FAVEUR et Félix VANDEVENNE Fiançailles des SEGARD – Carte de remerciement (1922)

    1. Un couple prêt à se marier

La photo de fiançailles est envoyée à la famille et aux amis. Elle est un prélude pour annoncer la suite (l’union). Elle se présente au même format qu’un faire part.

B. L’usage : préparer un événement, annoncer la suite

L’usage veut que, lors des fiançailles, les fiancés s’échangent des présents : l’homme offre généralement une bague tandis que la femme offre une montre. Cette tradition se perpétue jusque dans les années 1990.

C. L’utilité : le cycle de vie des photos de fiançailles

La fonction première d’une photo de mariage est d’établir sa notoriété, et la photo est parfois présente dans la presse. C’est le cas lorsque la personne est un industriel ou enfant d’industriels comme sur la photo parue dans Nord-Éclair et La Voix du Nord du 3 avril 1963.

coupure journal nord eclair 1963Nord-Éclair du 3 avril 1963 – Mariage de Jacques Winkelmans et Jannick Vandevenne

 

II Les effets recherchés par la photo de mariage

  1. Assurer sa notoriété sur une région, une ville

Il est possible si les mariés le souhaitent de faire paraître la nouvelle de leur union dans le journal, comme en témoignent les coupures de presse de Nord-Éclair et La Voix du Nord, le marié étant issu d’une famille d’industriels (Établissements Winkelmans).

  1. Une occasion de souder, de réunir la famille

  1. “Immortaliser” ce type de réunion

Pour Durkheim, la fête a pour fonction de “revivifier le groupe” et le mariage, comme toute cérémonie familiale, permet de “consolider et ressouder la solidarité du groupe”1. C’est l’occasion de retrouvailles pour la famille et notamment les cousins éloignés. Le mariage, comme tout autre événement ou cérémonie du même type, est l’occasion pour la famille de se voir et de partager des moments.

Mariage Papou et petite mamy 1925

Mariage de Félix VANDEVENNE et Noémie FAVEUR, 1925

Sur le carton d’invitation ci-dessus, le cadrage est resserré sur le visage et le buste des mariés. Les têtes sont très près l’une de l’autre, les regards fixent celui de la personne. L’effet fondu autour du buste et du visage renforce cette focalisation l’attention sur le nouveau couple.

b. Garder une trace de l’union en elle-même

La photo immortalise la cérémonie, capte le moment. La même scène, la même coutume est reproduite, parfois à cinquante ans d’intervalle. Ainsi une photo de groupe réunissant l’ensemble des deux familles et amis est encore maintenue et réalisée en 1974, alors que cette pratique est tombée en désuétude dans d’autres régions. L’union nuptiale reste donc très présente et très importante, et ce d’autant plus dans la seconde moitié du XXe siècle, les valeurs du sacré, “de la hiérarchie patriarcale […] et de l’engagement personnel solennel” semblent tomber en désuétude, d’après Gérard Vincent2. Dans les années 1960, 10% des couples étaient en collocation. Les enfants issus d’unions libres se multiplient dans les années 1970 et 1980.

mariage launay fils 1974Mariage Launay fils, 1974

III Les coutumes : évolution au cours du XXe siècle

  1. La place de la photo dans la famille, son importance

Jusque dans les années 1980, peu de familles avaient la possibilité ou les moyens d’être pris en photo, avant sa vulgarisation progressive. L’appareil photo est encore peu diffusé dans les foyers. La photographie s’invite dès le Second Empire au sein des familles bourgeoises les plus aisées. Des prises de vue sont réalisées dans un contexte de loisir ou dans un cadre privé : à la plage, à la montagne, dans sa chambre. On fait appel à un photographe professionnel (comme c’est le cas de nos jours). Il faut toutefois noter que des photographes amateurs disposant des ressources nécessaires, peuvent se procurer des appareils portatifs petit format3. La photo de groupe, à l’occasion de réunions familiales (communion, mariage, baptême…), revêt ainsi une importance symbolique. Prendre des photos est une occasion rare, on profite de l’instant.

  1. Rôle et position de chacun

La mariée a une robe courte dans la première moitié du XXe siècle. Progressivement, la robe prend du volume, et la mariée garde le voile sur le visage jusqu’à la bénédiction et l’échange des alliances. Elle est accompagnée de son père, de même pour le marié avec sa mère. Les mariés se prosternent devant l’autel lors de la cérémonie religieuse.

mariage Elisabeth Gaudron-Dezellus pour articleMariage d’Elisabeth Gaudron

  1. La tenue vestimentaire

Selon l’appartenance sociale, les tenues diffèrent légèrement. On observe une distinction entre un mariage de paysans et un mariage d’enfant(s) bourgeois. À partir des années 1920, au sein des milieux aisés (professions libérales, cadres supérieurs), on privilégie le veston (de couleur grise le plus souvent) pour le marié, la cravate, puis la mode est au costume (noeud papillon blanc ou noir, veston noir). La robe courte du début du siècle (voir ci-dessous) est progressivement troquée pour une robe de mariée plus longue et plus volumineuse.

 

mariage arrangé  flandre 1903

Un mariage arrangé de paysans en Flandre

mariage motte vandevenne 1920Mariage M. Motte et Mlle Winkelmans

mariage Tata 1925Mariée à robe courte – 1925

D. Le vivat

Le vivat, du nom de ce chant entonné lors d’un repas important ou un banquet en l’honneur du marié – en l’occurrence – est une ancienne coutume flamande qui consiste à souhaiter bonheur et santé à la personne honorée. Elle est originaire d’Armentières (d

Le vivat reste de nos jours une tradition ancrée dans le mariage “nordiste”. Il est célébré à la fin du dîner.

vivat flamandUn vivat flamand

Bibliographie

  • BEHNKE Christoph, “La photographie comme art légitime. Pierre Bourdieu et la photographie”, Transversal – multilingual Webjournal, n° 3, 2008 [En ligne]. URL :

http://eipcp.net/transversal/0308/behnke/fr/print (Consulté le 22/02/2015)

  • BOURDIEU Pierre et Marie-Claire, “Le paysan et la photographie”, Revue française de sociologie, VI, 6-2, 1965, p. 64-74.
  • BOURDIEU Pierre dir., Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Ed. de Minuit, 1965, 361 p.
  • FREUND Gisèle, Photographie et société, Paris, Seuil, 1974 (“Points”).
  • FRIZOT Michel dir., Nouvelle histoire de la photographie, “Les rites et les usages. Clichés pour mémoire”, Paris, Bordas, 1994, pp. 746-754.
  • LEMAGNY Jean-Claude & ROUILLĖ André dir., Histoire de la photographie, Paris, Larousse, 1998
  • PERROT Michelle, Histoire de la vie privée, Tome 5 : De la Première Guerre mondiale à nos jours, Paris, Seuil, 1987 (“L’Univers historique”).

1Christoph BEHNKE, “La photographie comme art légitime. Pierre Bourdieu et la photographie”, Transversal – multilingual Webjournal, n° 3, 2008

2Gérard VINCENT, “Une histoire du secret”, dans Histoire de la vie privée, volume 5 : De la Première Guerre mondiale à nos jours, Paris, Seuil, 1987, p.

3McCAULEY Anne, “Une image de la société”, dans LEMAGNY Jean-Claude & ROUILLÉ André dir., Histoire de la photographie, Paris, Larousse, 1998, p. 63.

 

La photographie aux Comores : de son arrivée à ses usages en migration

Dès les années 1860, la photographie était exportée jusqu’en Afrique, d’abord par les colons, puis rapidement par les Africains eux-mêmes. Vers les années 1880[1], les Africains de la « classe bourgeoise » commençaient à faire de la photographie[2]. Au départ, ils n’étaient que des amateurs ambulants qui ne disposaient pas encore de leur studio. Ce n’est que vers 1940 que les premiers studios Africains commencent à voir le jour[3]. Cette appropriation de cette invention occidentale marque le changement de vision qui s’opérait sur les populations de l’époque. D’une société basée sur la communauté, elles étaient en train de passer à une société de l’individu et de sa représentation. On peut observer le même scénario dans les zones se trouvant à côté de l’Afrique et sur lesquelles nous allons porter notre attention : Madagascar et les Comores. En effet en 1853 déjà on attribuait à un certain William Ellis  un missionnaire protestant britannique né le 24 août 1794 à Londres et mort dans la même ville, le 9 juin 1872. Membre de la London Missionary Society, il accomplit sa mission à Tahiti, Hawaii avant de partir à Madagascar –, l’introduction de la photographie à dans l’île de Madagascar[4]. Ensuite, la population native issue de l’élite commence à s’accaparé l’invention et la pratique. Dès lors, comme toute invention qui rencontre un franc succès, celle-ci s’est propagée au sein de la population.

En prenant en compte ce contexte de démocratisation de la photographie dans ces zones (Comores, Madagascar), nous ferons une comparaison des relations que peuvent avoir différentes générations vis-à-vis  de cet instrument et nous tenterons aussi  de connaître leur pratique de la photographie en migration.

1. Les appareils aux villages. Des images solides aux images fragiles

En même temps qu’une partie de la population mahoraise commençait à migrer vers La Réunion et la métropole, on voyait l’apparition soudaine des appareils photographiques au sein de la population. Au début, quand une famille en avait un en sa possession, celui-ci devenait quelque chose d’important et ne sortait que pour les grandes occasions, toujours utilisé par la même personne qui gagnait le statut de « celui qui sait utiliser la machine ». Dès lors, toutes autres mains étaient écartées de l’appareil. Vers les années 1980 et 1990 par contre, cette tendance à chérir la boite à image disparaissait complètement à cause de l’arrivée d’autres appareils moins chers, plus petits et plus accessibles. Le nombre de photographies prises à cette époque par mes frères et sœurs tend à confirmer cela. On peut dire qu’ils avaient une culture très forte de l’image ou qu’ils étaient attirés par celle-ci. Certaines soirées étaient même organisées parce que l’appareil photo était présent et pouvait en conserver la mémoire sous forme de photographies argentiques, conservées.

Quand je parle d’aînés dans le titre j’entends parents, grands frères et grandes sœurs (il faut savoir qu’un de mes frères à 48 ans aujourd’hui et moi 23 ans, 25 ans de différence donc). L’histoire de la dimension physique des ces images n’est pas négligeable. En effet, la rareté des appareils, le prix et le coté physique des photographies les obligeait à produire des photographies dans une atmosphère quasi « officielle ». Toutes les photographies d’époque de mes parents que j’ai vue sont posées. La maman seule debout bien droite avec un mur de couleur neutre en fond, la maman entourée de ses enfants tous debout bien droit, la maman et le papa avec le nouveau-né dans les bras, etc. Ces photographies étaient toujours destinées à être accrochées aux murs avec de belles cadres qui les mettaient en valeur. D’autres étaient conservées dans des boites en bois à l’abri des regards et des mains sales des enfants. Quand mes parents prenaient des photos, celles-ci étaient donc destinées à perdurer dans le temps. C’était la preuve d’une certaine époque. Mais il est aussi vrai que dans ma famille nous aimons garder les choses. Exemple, une table en bois banale issu du premier mariage de ma mère (elle s’est remariée 2 fois à cause de la mort prématurée de ses compagnons) dans les années 1960 est toujours dans la maison familiale modernisée. Pourtant, tout ce qu’il y a autour de la table sont des éléments nouveaux. Toutes les choses qui sont passées sur la table ont fini par se casser (télé achetée dans les années 1990, magnétoscope, lecteur dvd, console de jeu, décodeur, antenne intérieure…)  et pourtant la table est là. Souvent embellie avec un tissu qui la recouvre et des fois laissée nue. Mais toujours solide. Les photographies de mes ainés peuvent être comparées à cette table.

J’aimerai rappeler un certain paradoxe dans la culture mahoraise. La religion est l’islam, un islam très tolérant, mais on peut aussi voir une grande part d’animisme dans la population. Le coté islam rejette l’image et le coté animiste au contraire accepte voire célèbre les représentations. À cause de cela, jusqu’en 2008 on ne retrouvait pas de photographies de ma grand-mère. À peine on lui parlait de se faire photographiée qu’elle se mettait dans tous ses états. Dans les années 1990, elle prenait le temps de nous expliquer que la photographie capture notre âme. On en rigolait puisque même mes parents dans les années 1960 déjà en faisaient. Mais certaines personnes âgées de l’époque ont quand même réussi à faire croire cela aux enfants de mon âge. En effet, dans les années 1990-début 2000, des enfants disaient que la photographie attrapait l’âme. Par conséquent, dès qu’il s’agissait de les prendre en photo ils se cachaient derrière leurs parents. Mais cela n’a pas dépassé les années 2000 : les appareils numériques avaient fait leur apparition. Plus la peine d’imprimer les photographies et on pouvait les voir tout de suite sur le petit écran de l’appareil.

Concernant les photographies de ma génération, je me rends compte aujourd’hui que j’en ai très peu. Je n’ai qu’une seule photographie avec des amis qui a été imprimée. De plus, le papier d’impression n’est pas adapté, il s’agit de papier Canson fait pour les cours d’art plastique du collège.  Par contre, quand je regarde du côté numérique, je retrouve une centaine de photographies anciennes. Beaucoup ont été supprimées car j’avais honte de la tête que j’avais sur les photographies mais aussi parce que la résolution était trop basse. Après avoir supprimé les photographies mal cadrées, surexposées et celles qui nous font honte, je n’arrive plus à faire mon choix et au final il ne me reste que très peu d’images.

La seule photographie imprimée que j'ai en ma possession. Moi tout en bleu à droite. Collège de Mtsangadoua, 2006 ; support papier Canson

La seule photographie imprimée que j’ai en ma possession. Moi tout en bleu à droite. Collège de Mtsangadoua, 2006 ; support papier Canson

2. Ceux qui jettent et ceux qui gardent

Vers les années 1960-1970 on assistait à un phénomène nouveau. Les Mahorais[5] commençaient à élever leur niveau de richesse ce qui a nourrit l’envie de voir l’ailleurs et d’y rencontrer le succès économique et a rendu possible le voyage. Néanmoins, pour des raisons économiques, très peu de personnes voyageaient vers la métropole – la France. La majorité de ces nouveaux voyageurs se tournaient vers un territoire français voisin alors en plein essor : La Réunion.

Mon oncle, ma sœur et une cousine à Acoua (Mayotte), 1988 ; support fujifilm pictropaper

Mon oncle, ma sœur et une cousine à Acoua (Mayotte), 1988 ; support fujifilm pictropaper

Une grande partie de ma famille du côté de ma mère a fait partie de ces nouveaux voyageurs. Quatre oncles et une tante ont donc répondu à l’appel des sirènes dans les années 1970, laissant derrière eux deux sœurs et un frère.

Avant le départ, apparemment ils avaient pris le temps de se faire photographier avec les différents membres de la famille. Sur place, plusieurs clichés avaient été développés sur un papier photo de bonne qualité en grand format, ce qui n’était pas du tout habituelle. Ils laissaient donc derrière eux de grands formats et partaient avec de petits formats en migration.

Quelques années plus tard, la vie à la Réunion était si prospère qu’un de mes oncles revint à Mayotte afin de convaincre mes parents d’y envoyer deux de mes sœurs, qui avaient 16 et 10 ans à ce moment-là, pour leurs études. Bien sûr, c’était du gagnant-gagnant : mes sœurs faisaient leurs études pendant que l’oncle profitait des allocations puisque elles étaient à sa charge. Mais ce qui est intéressant, c’est qu’elles aussi ont pris des photographies dans leurs bagages, au format carte postale.

Avec le temps, nous avons appris que ces deux sœurs étaient devenues des pratiquantes rigoureuses de la religion musulmane. À ce moment-là personne n’aurait pensé que l’une d’elles allait développer un rejet des représentations iconographiques. Certes l’islam interdit l’idolâtrie, mais sa réaction vis-à-vis des représentations était devenue radicale. Cela n’est pas sans rappeler la reine Ranavalona 1ère de Madagascar à une certaine époque. Comme cette reine, ma sœur Riziki, considérait que la photographie capturait l’âme des personnes représentées : Islam et animisme se croisaient pour condamner la photographie.

« […] la reine n’a jamais manifesté un enthousiasme particulier envers la photographie. En fait, sa réaction est liée à son respect des valeurs traditionnelles. On considère l’âme d’un individu comme sacrée donc inviolable, elle reste une propriété personnelle. Or visiblement la photographie capture dans la chambre noire l’âme d’un individu pour ensuite la transposer sur du papier que tout le monde par la suite peut voir et manipuler. Ainsi, pour Ranavalona Ière et plusieurs de ses conseillers, se faire photographier c’est accepter de se faire voler son âme, ce « double humain individualisé » comme le dit H. Deschamps. En rapport à cela, la prise en photo des terres n’est que le pendant de la capture de l’âme, ce qui signifie que prendre en photo les terres des ancêtres revient à commettre un sacrilège. C’est mettre l’indépendance en péril et amorcer le début de l’accaparement du pays par l’autre. En somme, aux yeux de la reine et de nombre de ses sujets, la photographie ne peut être que nocive. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle s’est abstenue de rencontrer Ellis personnellement. Elle n’a jamais manifesté l’envie de se faire photographier par le Vazaha[6]. Pourtant, Ellis ne considère le comportement de la reine que comme de la naïveté par rapport à la photographie. Il note dans son journal : « Un officier du palais m’a dit que la reine a une idée superstitieuse de la photographie ». »[7]

Au départ, l’aversion était supportable. En effet, les premiers symptômes se traduisaient par le fait qu’elle enlevait toutes les photographies des murs afin de les mettre dans le placard. On  peut se consoler en se disant que c’était de l’archivage systématique. Mais ensuite, l’archivage systématique se transforma en destruction. La grande majorité des photographies est passée à la trappe. Celles qui avaient été imprimée en grand ont le plus souffert parce qu’elles étaient accrochées fièrement aux murs ou exposées dans des meubles vitrés. De celles-ci, il n’en reste plus qu’une, qui est rentrée dans la mémoire collective de la famille. Aujourd’hui, cette sœur n’apparait sur aucune des photographies datant de cette époque et qui ont été sauvées de ce moment de radicalisation.

La deuxième sœur, elle par contre apparaît bien sur plusieurs des photographies. Ici, la fille à gauche tout en blanc.

Ma sœur (gauche) et deux amis en vacance à Mayotte, Acoua (Mayotte), 1992 ; support fujifilm pictro paper

Ma sœur (gauche) et deux amis en vacance à Mayotte, Acoua (Mayotte), 1992 ; support fujifilm pictro paper

Le cliché a été pris à son retour à Mayotte pour les vacances.

Pourquoi mes deux sœurs ont eu chacune une réaction différente par rapport à la photographie alors qu’elles ont été exposées aux mêmes cours religieux ? Pourquoi l’une a sauvegardée ses photographies alors que l’autre les déchirait sans distinction ?

3. Une photographie épargnée

 Ma mère, mes sœurs et mon frère ; Acoua (Mayotte), 1985 ; support Fujifilm pictro paper

Ma mère, mes sœurs et mon frère ; Acoua (Mayotte), 1985 ; support Fujifilm pictro paper

La photographie ci-dessus apportera sans doute encore plus d’éléments de questionnements que de réponses. Mais nous nous y intéresserons parce qu’il s’agit de la photographie de grand format dont nous parlions plus tôt. Sur cette photographie, on peut voir ma mère entourée de ses enfants de l’époque (année 1985-86) parmi lesquels les deux sœurs qui se sont radicalisées (la plus à gauche au premier plan et la plus à droite à l’arrière-plan). Il s’agit d’un paysage encore dominé par la nature : cocotiers, plantes rampantes et ciel bleu.

Cette photographie est très spéciale. Quand on regarde bien on se rend compte que le visage de ma sœur la plus à droite est bien plus foncé que la normale. En effet, au lieu de déchirer cette image, elle a raturée son visage au stylo bille bleu. Il semblerait que ça soit la seule qui a été sauvée. Pourquoi celle-là spécialement ? Sans doute parce que c’était la seule qui restait et qui représentait ma mère jeune.

Je suis content de l’avoir retrouvée. La photographie est en plus mauvaise état que ce que je pensais. Dans ma tête c’était une photographie vraiment belle, plus grande encore que cela (elle est un peu plus petite qu’un format A4), avec des couleurs chatoyantes. Mais quand je l’ai eu entre les mains, j’ai été quelque peu choqué : la couleur verte a pâli et n’est plus que verdâtre, le support est fragile et les ratures faites par ma sœurs.

Gros plan sur la rature faite par ma sœur sur son visage

Gros plan sur la rature faite par ma sœur sur son visage

4. La photographie en migration : la hiérarchie sociale et économique de la famille

Depuis tout à l’heure je parle de Mayotte et des Comores mais j’ai oublié de contextualiser. Je me rattrape donc dans ce début de sous partie. Que sont les Comores ?

Il faut savoir que l’histoire des Comores est très liée à une partie importante de l’histoire (coloniale) de France en particulier et certains pays Européennes en général. Mais, c’est la France, puissance coloniale, qui unit administrativement les îles. L’histoire des îles se sépare à nouveau après la formation en 1976 de la République fédérale islamique des Comores et le refus de la France d’accorder l’indépendance à l’ensemble de l’archipel (à lîle de Mayotte là d’où je viens).

L’histoire coloniale débute réellement lorsque le sultan d’Anjouan (Un des iles de l’archipel) Abdallah Ier se rend, en 1816, sur l’île Bourbon pour solliciter la protection de Louis XVIII. Les divisions internes et la menace malgache (Madagascar) permettent aux puissances coloniales (France, Portugal, Angleterre, l’Allemagne qui rivalisent pour imposer leur hégémonie dans cette zone stratégique contrôlant le commerce vers l’Orient.) d’intervenir dans les affaires politiques des souverains locaux. Le 25 avril 1841, à la suite de la signature d’un traité, Mayotte devient protectorat français et le sultan Adrian Tsouli, qui avait conquis l’île 9 ans plus tôt, reçoit en compensation une somme d’argent et les paiements des frais de scolarité de ses enfants à la Réunion (NDLR. on voit déjà l’importance de l’île de la Réunion à cette époque en ce qui concerne l’éducation. 127 ans plus tard mes oncles faisait un voyage à la Réunion pour une meilleur vie et aussi pour l’éducation des enfants). La France, trouve avec cet accord, un port stratégiquement important. Le roi Louis-Philippe entérine cette acquisition en 1843. L’esclavage y est aboli dès 1846. [8]

Maintenant recentrons nous sur la seule île de Mayotte. La migration de cette population vers la Réunion et La métropole est très peu connue à l’extérieur de l’île. Aucun chiffre là-dessus du côté de Mayotte, de la Réunion ou de la métropole. Mais ce mouvement qui a commencé dans les années 1960 (c’est-à-dire au moment où la France avait besoin de main d’œuvres et la Réunion se développait très vite) est indéniable aujourd’hui et n’a pas ralenti.

D’ailleurs, je m’appesantirais un instant sur le cas de la migration vers la France. Il s’agissait surtout de personnes envoyées pour revenir 3 à 5 ans plus tard. La plus part de ces gens-là (majoritairement des hommes !) ont la cinquantaine aujourd’hui et bizarrement, beaucoup sont devenu enseignants et élus (conseil général). Il s’agissait donc de faire un voyage avec comme but, l’élévation de la hiérarchie sociale et l’accès à un poste clef. Le contraire même de la migration vers l’île de la Réunion donc.

Mon oncle, ma sœur et une cousine à Acoua (Mayotte), 1988 ; support fujifilm pictropaper

Mon oncle, ma sœur et une cousine à Acoua (Mayotte), 1988 ; support fujifilm pictropaper

Revenons donc sur cette autre photographie que nous avons vue plus tôt et cette fois ci analysons la plus en détail.

Photographie en couleur qui date sans doute des années 1990 vu l’âge de ma sœur (à droite), on peut y voir trois personnes au premier plan et trois autres éparpillés à l’arrière-plan. Encore une fois le paysage est dominé par la nature sauf que contrairement à l’autre photographie, on peut voir ici des constructions humaines : la route en goudron, poteaux électriques et lampadaires et enfin trois maisons.

Bien sûr, ce qui nous intéresse nous c’est ce qui se passe au premier plan. Plus précisément la présence de ce gros sac que l’on voit par terre devant mon oncle. Il s’agit d’un sac plutôt bien chargé vu qu’il ne s’affaisse pas.

Ce dont je suis sûr et certain c’est que les deux filles ne partent nulle part. Pourquoi cette affirmation ? C’est simple, leurs habits. De jeunes filles de leur âge ne seraient jamais ainsi quand il s’agit de faire de grandes distances hors du village (ou même du quartier parfois !). En effet elles auraient portées des un salouva et un châle. Deux habits traditionnels que les femmes de Mayotte portent en plus et au-dessus de leurs vêtements (jupe, robe, haut, etc.). Des vêtements plus officiels donc. Autre élément que je peux affirmer, c’est que l’oncle va voyager. La plupart du temps à Mayotte, quand des gens partent ou arrivent, les enfants sont souvent autour d’eux avec l’espoir de recevoir des cadeaux ou pour dire au revoir. Dans le cas de notre photographie, elles sont là pour les aurevoir. Elles ont sans doute eu la chance que mon oncle avait un appareil photo en sa possession.

Gros plan sur le sac de voyage de mon oncle

Gros plan sur le sac de voyage de mon oncle

 

Pour conclure, concernant les voyages hors de Mayotte, une grande partie de ma famille l’a fait. Comment ? Les billets de l’époque étaient très chers. Les familles sont souvent nombreuses et se cotisent et de plus il y a un système de cotisation tournant appelé shikowa qui est mis en place. Quand je parle de famille, il faut bien que l’on se comprenne : le moindre lien compte, du cousin germain à la cousine de la grand-mère. Ainsi pour cette cotisation, il arrive que l’on touche jusqu’à 5 branches différentes  de la famille – on pourrait parler de communauté. Par ce système, cinq de mes oncles et tantes sont partis à la Réunion en même temps. Tous ces cotisants attendent un retour : de l’argent et une photographie. Etant donné l’investissement collectif, on ne choisissait donc pas d’envoyer n’importe qui en migration. Voilà pourquoi ma famille a pris le temps de se procurer un appareil photographique pour immortaliser ces moments.

Saindou MARI, GEFIA 2014-2015.

[1] [Article en ligne] « Photographie Africaine » : http://www.universalis.fr/encyclopedie/photographie-africaine/

[2] On ne peut parler de classe bourgeoise que parce que les colons ont fait rentrer l’argent en même temps que la photographie au sein de ces sociétés.

[3] [Mémoire en ligne] Mélanie BEREHOUC ; Technique et esthétique des photographies de la 7ème édition du festival de la photographie contemporaine de Bamako : http://www.memoireonline.com/12/13/8131/m_Technique-et-esthetique-des-photographies-de-la-7eme-edition-du-festival-de-la-photographie-conte1.html

[4] Helihanta Rajanoarison : De la peur à l’engouement – La photographie de la Cour d’Antananarivo au milieu du XIXe siècle ; P 2-3 : http://www.imagesetmemoires.com/doc/Articles/L16_HelihantaRajanoarison.pdf

[5] Nom des habitants de l’île de Mayotte

[6] L’étranger.

[7] Helihanta Rajanoarison : De la peur à l’engouement – La photographie de la Cour d’Antananarivo au milieu du XIXe siècle ; P 1 : http://www.imagesetmemoires.com/doc/Articles/L16_HelihantaRajanoarison.pdf

[8] Article Wikipédia http://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_l%27archipel_des_Comores