La photo de mariage dans le Nord au XXe siècle et son évolution

J’ai souhaité dans cet article dresser un panorama de photographies en rapport direct avec le mariage tel qu’il était célébré et mis en scène dans le Nord. Cela incluait les photos du couple (fiançailles et mariage stricto sensu) ainsi que la traditionnelle photo de groupe rassemblant l’ensemble de la famille. Je me suis attaché, pour rendre compte de l’évolution des coutumes et habitudes en termes de tenue vestimentaire et de prises de vue, à travers les décennies.

 

I “Le mariage avant le mariage” : la photo de fiançailles

  1. Mise en scène du couple

    1. Montrer un couple radieux et uni

De nos jours, la qualité relationnelle du couple est mise en avant, elle est même primordiale pour le photographe. La prise de vue est réalisé au domicile du couple ou dans le jardin, comme c’est le cas sur les clichés ci-dessous.

Fiancailles Papou et petite mamy 1922Carte remerciements Mimi Segard

Fiançailles de Noémie FAVEUR et Félix VANDEVENNE Fiançailles des SEGARD – Carte de remerciement (1922)

    1. Un couple prêt à se marier

La photo de fiançailles est envoyée à la famille et aux amis. Elle est un prélude pour annoncer la suite (l’union). Elle se présente au même format qu’un faire part.

B. L’usage : préparer un événement, annoncer la suite

L’usage veut que, lors des fiançailles, les fiancés s’échangent des présents : l’homme offre généralement une bague tandis que la femme offre une montre. Cette tradition se perpétue jusque dans les années 1990.

C. L’utilité : le cycle de vie des photos de fiançailles

La fonction première d’une photo de mariage est d’établir sa notoriété, et la photo est parfois présente dans la presse. C’est le cas lorsque la personne est un industriel ou enfant d’industriels comme sur la photo parue dans Nord-Éclair et La Voix du Nord du 3 avril 1963.

coupure journal nord eclair 1963Nord-Éclair du 3 avril 1963 – Mariage de Jacques Winkelmans et Jannick Vandevenne

 

II Les effets recherchés par la photo de mariage

  1. Assurer sa notoriété sur une région, une ville

Il est possible si les mariés le souhaitent de faire paraître la nouvelle de leur union dans le journal, comme en témoignent les coupures de presse de Nord-Éclair et La Voix du Nord, le marié étant issu d’une famille d’industriels (Établissements Winkelmans).

  1. Une occasion de souder, de réunir la famille

  1. “Immortaliser” ce type de réunion

Pour Durkheim, la fête a pour fonction de “revivifier le groupe” et le mariage, comme toute cérémonie familiale, permet de “consolider et ressouder la solidarité du groupe”1. C’est l’occasion de retrouvailles pour la famille et notamment les cousins éloignés. Le mariage, comme tout autre événement ou cérémonie du même type, est l’occasion pour la famille de se voir et de partager des moments.

Mariage Papou et petite mamy 1925

Mariage de Félix VANDEVENNE et Noémie FAVEUR, 1925

Sur le carton d’invitation ci-dessus, le cadrage est resserré sur le visage et le buste des mariés. Les têtes sont très près l’une de l’autre, les regards fixent celui de la personne. L’effet fondu autour du buste et du visage renforce cette focalisation l’attention sur le nouveau couple.

b. Garder une trace de l’union en elle-même

La photo immortalise la cérémonie, capte le moment. La même scène, la même coutume est reproduite, parfois à cinquante ans d’intervalle. Ainsi une photo de groupe réunissant l’ensemble des deux familles et amis est encore maintenue et réalisée en 1974, alors que cette pratique est tombée en désuétude dans d’autres régions. L’union nuptiale reste donc très présente et très importante, et ce d’autant plus dans la seconde moitié du XXe siècle, les valeurs du sacré, “de la hiérarchie patriarcale […] et de l’engagement personnel solennel” semblent tomber en désuétude, d’après Gérard Vincent2. Dans les années 1960, 10% des couples étaient en collocation. Les enfants issus d’unions libres se multiplient dans les années 1970 et 1980.

mariage launay fils 1974Mariage Launay fils, 1974

III Les coutumes : évolution au cours du XXe siècle

  1. La place de la photo dans la famille, son importance

Jusque dans les années 1980, peu de familles avaient la possibilité ou les moyens d’être pris en photo, avant sa vulgarisation progressive. L’appareil photo est encore peu diffusé dans les foyers. La photographie s’invite dès le Second Empire au sein des familles bourgeoises les plus aisées. Des prises de vue sont réalisées dans un contexte de loisir ou dans un cadre privé : à la plage, à la montagne, dans sa chambre. On fait appel à un photographe professionnel (comme c’est le cas de nos jours). Il faut toutefois noter que des photographes amateurs disposant des ressources nécessaires, peuvent se procurer des appareils portatifs petit format3. La photo de groupe, à l’occasion de réunions familiales (communion, mariage, baptême…), revêt ainsi une importance symbolique. Prendre des photos est une occasion rare, on profite de l’instant.

  1. Rôle et position de chacun

La mariée a une robe courte dans la première moitié du XXe siècle. Progressivement, la robe prend du volume, et la mariée garde le voile sur le visage jusqu’à la bénédiction et l’échange des alliances. Elle est accompagnée de son père, de même pour le marié avec sa mère. Les mariés se prosternent devant l’autel lors de la cérémonie religieuse.

mariage Elisabeth Gaudron-Dezellus pour articleMariage d’Elisabeth Gaudron

  1. La tenue vestimentaire

Selon l’appartenance sociale, les tenues diffèrent légèrement. On observe une distinction entre un mariage de paysans et un mariage d’enfant(s) bourgeois. À partir des années 1920, au sein des milieux aisés (professions libérales, cadres supérieurs), on privilégie le veston (de couleur grise le plus souvent) pour le marié, la cravate, puis la mode est au costume (noeud papillon blanc ou noir, veston noir). La robe courte du début du siècle (voir ci-dessous) est progressivement troquée pour une robe de mariée plus longue et plus volumineuse.

 

mariage arrangé  flandre 1903

Un mariage arrangé de paysans en Flandre

mariage motte vandevenne 1920Mariage M. Motte et Mlle Winkelmans

mariage Tata 1925Mariée à robe courte – 1925

D. Le vivat

Le vivat, du nom de ce chant entonné lors d’un repas important ou un banquet en l’honneur du marié – en l’occurrence – est une ancienne coutume flamande qui consiste à souhaiter bonheur et santé à la personne honorée. Elle est originaire d’Armentières (d

Le vivat reste de nos jours une tradition ancrée dans le mariage “nordiste”. Il est célébré à la fin du dîner.

vivat flamandUn vivat flamand

Bibliographie

  • BEHNKE Christoph, “La photographie comme art légitime. Pierre Bourdieu et la photographie”, Transversal – multilingual Webjournal, n° 3, 2008 [En ligne]. URL :

http://eipcp.net/transversal/0308/behnke/fr/print (Consulté le 22/02/2015)

  • BOURDIEU Pierre et Marie-Claire, “Le paysan et la photographie”, Revue française de sociologie, VI, 6-2, 1965, p. 64-74.
  • BOURDIEU Pierre dir., Un art moyen. Essai sur les usages sociaux de la photographie, Paris, Ed. de Minuit, 1965, 361 p.
  • FREUND Gisèle, Photographie et société, Paris, Seuil, 1974 (“Points”).
  • FRIZOT Michel dir., Nouvelle histoire de la photographie, “Les rites et les usages. Clichés pour mémoire”, Paris, Bordas, 1994, pp. 746-754.
  • LEMAGNY Jean-Claude & ROUILLĖ André dir., Histoire de la photographie, Paris, Larousse, 1998
  • PERROT Michelle, Histoire de la vie privée, Tome 5 : De la Première Guerre mondiale à nos jours, Paris, Seuil, 1987 (“L’Univers historique”).

1Christoph BEHNKE, “La photographie comme art légitime. Pierre Bourdieu et la photographie”, Transversal – multilingual Webjournal, n° 3, 2008

2Gérard VINCENT, “Une histoire du secret”, dans Histoire de la vie privée, volume 5 : De la Première Guerre mondiale à nos jours, Paris, Seuil, 1987, p.

3McCAULEY Anne, “Une image de la société”, dans LEMAGNY Jean-Claude & ROUILLÉ André dir., Histoire de la photographie, Paris, Larousse, 1998, p. 63.

 


4 réflexions au sujet de « La photo de mariage dans le Nord au XXe siècle et son évolution »

  1. Bonjour,
    Ces études ont été réalisées dans le cadre d’un travail universitaire, licence Gestion et Édition de Fonds Iconographiques et Audiovisuels (GEFIA), qui s’est terminé(e) en 2015
    C’est pourquoi certaines questions posées ici,en commentaire, peuvent ne pas obtenir de réponse.

  2. bonjour,
    je souhaiterais savoir si vous auriez une photo de mariage de mademoiselle GASNIER Raymonde et Monsieur CRESPEL Christian qui ont dut se marier en 1980 ou en 1981. Se sont mes parents et je n’ai aucune photo de leur mariage. Mon père est décédé en 1986 et je suis à la recherche de beaucoup de chose le concernant. Si vous avez une photo de mariage, je serais ravi de la recevoir.
    Cordialement.
    Mme CRESPEL

  3. Bonjour,

    Votre article est très intéressant et je l’ai beaucoup apprécié.
    Je me permets de vous demander si vous savez de quelle façon était placée la famille des époux lorsque le photographe prenait un cliché au début du 20ème siècle.

    Avec mes remerciements,

    Recevez mes salutations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *